Jeunes Bovins

Bovins d‘engraissement et d’abattage

Agriconeg Commercialise des jeunes bovins, veaux et taurillons, âgés entre 6 et 24 mois de race bouchère

Ces jeunes bovins sont souvent, des Limousin Charolais et Blanc Bleu Belge, ou des croisements. Cette dernière catégorie et plus destinée au marché Marocain.

Nos jeunes bovins sont destinés la plupart du temps à l’engraissement. Mais aussi à l’abattage, une particularité propre à l’Algérie, dont le cahier des charges sanitaire autorise l’importation de taurillons plus lourds

Nous commercialisons des broutards mâles et femelles destinés à l’engraissement ou à l’élevage mais surtout à l’export. Arrivage régulier de broutards et broutards venant du bassin du limousin ou du charolais et du sud-ouest de la France pour la race Blonde d’Aquitaine.

Mais aussi venant d’Espagne Roumanie ou Irlande.

CARACTÉRISTIQUELIMOUSINCHAROLAISBLANC BLEU BELGE
ORIGINEOriginaire du Limousin, sur la bordure ouest du Massif Central, une région à dominante herbagère et au climat rude.De son berceau de Saône-et-Loire, près de Charolles, la race Charolaise s’est vite répandue vers toutes les régions de France.Elle est née en Belgique wallonne (francophone) d’une sélection de races locales. Initialement des croisements ont été effectués avec des taureaux Shorthorn pour favoriser le type mixte. La tendance est aujourd’hui à la production de viande.
APTITUDERace à viande de grande taille, à conformation bouchère exceptionnelle et d’élevage aisé, la Limousine fournit une large gamme de produits finis, du veau de lait à la génisse lourde, en passant par les différentes sortes de jeunes bovins. En France, la viande de pure race Limousine représente 25 % des viandes sous label Rouge Bœuf Limousin Blason Prestige ou sous marques certifiées dans 1 500 boucheries.Cette race de boucherie a un très fort potentiel de croissance et de grandes qualités maternelles. Elle possède un bon appétit, sans exigence. La transformation de l’alimentation en viande se fait avec une rare efficacité. Les femelles produisent sans difficulté un veau par an. Leur valeur laitière est exceptionnelle pour une race à viande.Les taureaux ont une forte musculature : cuisses, garrots, jarrets et dos très larges et leur poids atteint souvent 1 300 kg ! Chez la vache aussi, la musculature des cuisses est impressionnante. Cette caractéristique est due au gène « culard ». Beaucoup pensent que ce gène a été trop favorisé, et certains pays du nord de l’Europe ont interdit les croisements avec d’autres races de vaches, qui se trouvaient obligées d’accoucher systématiquement par césarienne…
SÉLECTIONLa race s’est dotée d’un programme de sélection complet, intégré et efficace, alliant bien insémination artificielle et monte naturelle ; il permet un progrès constant des performances de production de viande, tout en conservant les qualités maternelles.La sélection a commencé il y a plus d’un siècle ; elle s’appuie sur une large base de sélection de plus de 200 000 vaches. Par ailleurs, les centres d’élevage sélectionnent chaque année plus de 500 reproducteurs.La sélection a pour objectif la réduction des problèmes de fertilité et de vêlage et l’amélioration de la qualité de la viande. Le programme vise des souches utilisées pour le croisement terminal – en vue de la boucherie – à partir d’autres races bovines dans le monde, qu’elles soient de type laitières ou rustiques, voire de races zébuines.
EXPANSION Présente prioritairement en Limousin, la race s’implante dans toutes les régions de France. Grâce à ses facultés d’adaptation, elle est présente dans 70 pays, sous tous les types de climats.Ambassadrice de la génétique bovine française, la race Charolaise est présente très fortement en France et dans 70 pays sous tous les climats et toutes les latitudes.Elle représente 35% du cheptel belge qui est de 1.400.000 têtes, devant la Pie Rouge de Belgique (22,6%) et la Pie Noire de Belgique (20,2%). Cette vache, casanière, qui n’avait pas beaucoup quitté son « plat pays » d’origine commence à se développer en France.